9.2 C
Paris
février 5, 2023
World Africa Magazine
Découvertes

Douanes camerounaises Une nouvelle prise d’envergure pour la brigade d’Idénau

Dans sa lutte permanente contre les trafics illicites, l’administration douanière met tout en œuvre pour que cela soit une réussite de tous les instants. Ainsi dans les différentes régions du Cameroun, elle s’arme en perspective dans la protection des espèces de tout type en vue de l’éradication de leur commerce illicites. Dans cette mouvance, la région du sud-ouest et sa division viennent une fois de plus de faire une prise importante qui démontre l’efficacité de leur travail. Le Cameroun comme tous les autres pays du monde a ratifié l’accord des nations unies qui protègent les espèces fauniques de divers ordre. Au vue de cette disposition, il est donc une évidence certaine que si on met sur la main une personne qui s’évertue à vouloir commercialiser illicitement ces espèces, il va de soi que cette dernière doit être mis les verrous sans aucune autre forme de procès. La brigade commerciale des douanes du sud-ouest l’a bien compris à ses dépens c’est la raison pour laquelle elle se bat nuits et jours pour traquer avec la dernière énergie ses personnes qui mettent à mal l’équilibre naturel. C’est donc ainsi qu’elle vient de mettre hors d’état de nuire un trafic illicite d’espèces fauniques qui sont menacées d’extinction. Dans le fond, c’est près de 1 234 caméléons séchés pour un poids total de 28 grammes qui viennent d’être appréhendés par les éléments de cette brigade douanière installée à Idenau. Fruit d’une collaboration de tous les instants avec les forces de maintien de l’ordre, il est important de noter que cette prise est la plus grande du genre réalisée par les douanes camerounaises pour ce qui est spécifiquement des espèces fauniques pour cette année. Idenau étant non loin de la frontière limitrophe avec la république fédérale du Nigéria, il est important de noter ici que c’est par là que cette cargaison a été appréhendée, qui avait pour destination la ville économique Douala. Il faut dire ici que le trafic de cet animal n’est pas seulement une réalité camerounaise puisque dans d’autres pays comme le Liban, le Ghana, le Burkina-Faso et même la Syrie, on appréhende constamment des personnes qui font ce genre de trafic. Il faut noter ici que les caméléons sont reconnus à juste titre pour leur grande vertus médicinales, et pourtant que ce soit dans ces pays ou le Cameroun, le caméléon est une espèce protégée. Malgré cela, ce commerce illicite se développe avec une ampleur qui inquiète. Toutefois, il reste une lueur d’espoir au Cameroun dans la mesure où la douane camerounaise ne lésinera jamais sur les moyens pour continuer à chasser et traquer toutes les personnes qui se permettront d’exercer ce commerce dans les entrées du territoire camerounais. La brigade commerciale du sud-ouest est donc la preuve palpable de ce que tout sera mis en œuvre pour contrecarrer ce réseau qui fait du mal au milieu naturel.

Related posts

Gestion de la fourrière municipale : Mention Bien pour Auguste Etouke Mouelle

Editorial

Moulongo Oscar : Un mécène au service de la nation

Editorial

Vins et Spiritueux : Le champagne Odette Liyeplimal fait son entrée dans les caves camerounaises

Editorial

Laissez un commentaire