26.8 C
Paris
août 14, 2022
World Africa Magazine
ArchivesEconomie

Emmanuel Néossi : Un acteur essentiel pour le développement du Cameroun

Si sa notoriété est montée d’un cran avec la mise en place de l’usine de transformation du cacao de Kekem, laquelle a nécessité le déplacement du premier ministre pour son inauguration, Emmanuel Néossi est d’abord un opérateur économique qui a toujours gardé à l’esprit cette volonté à participer au développement de son pays.
Le Cameroun, on le sait déjà, est un pays agricole. Cela se traduit par l’importance que revêt cette activité dans le Pib national. Pour davantage renforcer cette vision, l’implication des acteurs de la trame d’Emmanuel Néossi apparait comme une nécessité, un impératif. Ce d’autant plus qu’il est plus que jamais question au Cameroun d’une agriculture de seconde génération qui renvoie à plus de production et compétitivité. Laquelle est assujettie à la transformation. C’est certainement qu’il y a lieu d’apprécier l’option prise par ce digne fils du département du Haut-Nkam qui, déjà producteur et exportateur de cacao, s’est récemment lancé dans la transformation au point de nourrir plus que jamais des ambitions continentales.
L’investissement réalisé dans une localité située à près de 200 km au Nord-ouest de Douala, bordée par la rivière Nkam, qui donne son nom au département situé dans la région de l’Ouest, a fait de Kekem, un point central pour la transformation d’un produit de rente qu’on retrouve dans les bassins de production de les régions de l’Est, du Centre, du Littoral, du Sud-ouest et du Sud. En effet, le 26 avril 2019, le Premier ministre Joseph Dion Ngute a fait le déplacement pour y inaugurer une usine de transformation de fèves de cacao d’une capacité de 32 000 tonnes et qui pourrait être « la plus moderne du monde » de l’avis de son promoteur, Emmanuel Néossi, patron de Neo Industry, au regard de la technologie mise en place par le groupe suisse Bühler, spécialiste de l’industrie mécanique. Coût de l’investissement : 54 milliards de FCFA. Un aspect qui a d’ailleurs fait réagir la société SIC Cacaos (filiale du groupe Barry Callebaut), à travers une augmentation de ses capacités de traitement et surtout a stimulé l’Ivoirien Bernard Koné Dossongui à lancer une usine de transformation d’une capacité de 48 000 t dans la zone portuaire de Kribi.

Self-made-man
Mais en attendant, celui qui a mis un terme à sa formation en comptabilité au lycée technique de Kekem pour se lancer dans la cacaoculture avec une exploitation de 50 hectares, aujourd’hui âgé de moins de 50 ans, père de huit enfants, peut se targuer d’avoir réalisé un grand coup.
On se souvient que tout est parti en 2015 lorsque l’américain ADM, ayant fait banqueroute pour se retrouvé dans le giron du singapourien Olam, lui a offert sa première opportunité à l’international. Pour gérer cette nouvelle activité, l’entrepreneur crée d’abord la société Producam. Mais parce que voulant travailler pour la prospértité de son pays, il élargira son spectre d’action à travers l’immobilier (SCI Neo & Co.), le transit (All Logistics Transport) et la distribution alimentaire (Neo Food Distribution). Ce qui lui vaudra au niveau traditionnel le titre de « Mfeuda », c’est-à-dire de « leader de la jeunesse ». La suite, on la connait ? Emmanuel Néossi vole de succès en succès. Même au niveau politique, notamment au sein du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc), il lui est reconnu le caractère de meneur d’hommes. On en veut pour preuve sa brillante élection à la tête de la section Rdpc Haut-Nkam Sud avec un pourcentage de 100% de voix. Dans cette même logique, on peut également faire cas de ce que la responsabilité lui ait été confiée pour la réhabilitation d’un marché (Neo Congo Mall), en partenariat avec la mairie de Douala, pour près de 28 milliards de Fcfa.

Grace Engome

Related posts

Moulongo Oscar : Un mécène au service de la nation

Editorial

Jeune Afrique: Un média à la solde

Editorial

Portrait: La trajectoire singulière d’Emile parfait SIMB

Editorial

Laissez un commentaire